La moitié des entreprises ont subi une perte d’emails ou de documents durant l'année écoulée

mercredi 24 octobre 2012

L'an dernier, près de la moitié des entreprises ont subi une perte de données via les applications de gestion de contenu pour les entreprise et de messagerie électronique Microsoft Exchange Server et Microsoft Office SharePoint Server. 59 % d'entre elles ont indiqué qu'il leur a fallu au moins une demi-journée ouvrable pour y remédier. Telles sont les principales conclusions d'une étude récente réalisée par Kroll Ontrack, spécialiste de la récupération de données, de la recherche d’informations et de preuves informatiques, auprès de 326 responsables informatiques, ingénieurs et commerciaux d'entreprises d’envergure mondiale.

42 % des entreprises ont signalé avoir connu au moins une perte de données via Exchange ou SharePoint au cours de l'année écoulée, 25 % en ayant signalé plusieurs. Le niveau de gravité de la perte de données était variable : 20 % de ces entreprises on évalué leur perte au niveau un (défini comme une grave perturbation, comme un système en panne), 16 % l’ont évalué au niveau deux (perturbation majeure), tandis que 37 % l'ont évaluée au niveau trois (perturbation occasionnelle) et 18 % au niveau quatre (perturbation minime, telle qu'une demande d'amélioration).

« Pour beaucoup d'entreprises, quelle que soit leur taille, l'utilisation de la messagerie électronique couvre tous les domaines, des communications internes simples jusqu'à la facturation, en passant par les appels commerciaux auprès de clients », explique Paul Dujancourt, directeur général de Kroll Ontrack France. « Le courrier électronique, et Exchange, interviennent à tous les niveaux de la vie d'une entreprise. La perte de ces informations est pénalisante, et engendre de nombreuses demandes de récupération et de restauration, et donc une lourde charge pour l'entité informatique. »

Interrogées sur le temps qu'il leur a fallu pour remédier à leur perte de données Exchange et SharePoint la plus récente, 59 % des entreprises ont répondu qu'elles avaient perdu au moins une demi-journée, 14 % qu'elles avaient perdu plusieurs jours, et 5 % qu'elles n'avaient jamais récupéré leurs données perdues. Pour restaurer les données perdues, 26 % des entreprises ont indiqué avoir utilisé une sauvegarde existante. 21 % ont eu recours à des ressources internes, 18 % ont recréé les données et 14 % ont utilisé un outil logiciel de récupération de données. 60 % des personnes interrogées ont estimé l'impact financier de leur perte de donnée à 50 000 dollars ou plus, et 3 % ont subi une perte évaluée à plus de 1 million de dollars.

« Si l'on se base sur les résultats de cette étude, il est clair que les pertes de données sur ces applications cruciales restent un défi constant pour les services informatiques », ajoute Paul Dujancourt. « Une simple perte de données et la récupération qui s'ensuit peuvent très vite prendre de l'ampleur et coûter extrêmement cher à une entreprise. Mais il existe des outils qui peuvent restaurer de façon granulaire les éléments, messages, pièces jointes et même notes et contacts, sans avoir besoin de monter un serveur de récupération de secours. Les outils offrant cette fonctionnalité peuvent raccourcir de plus de 50 % le délai de restauration pour les entreprises, par rapport à l'utilisation des méthodes traditionnelles. »

326 personnes ont participé à cette étude, dont 57 % de personnel informatique, 17 % d'ingénieurs, 14 % de commerciaux, 4 % de spécialistes du marketing et 8 % identifiés comme autres.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs