Les entreprises réfractaires au BYOD perdent en compétitivité

mercredi 27 février 2013

Si l’émergence du BYOD oblige les entreprises à faire preuve de prudence, se montrer réfractaire est un frein pour leurs croissance. Tel est le constat qui ressort de l'enquête réalisée par l’institut Ponemon à la demande de Symantec début 2013. En adoptant la mobilité, les entreprises innovantes ont une meilleure productivité, elles sont plus compétitives et plus agiles.
En France, 77% des grandes entreprises et 74% des PME innovantes adoptent la mobilité et bénéficient de croissance. 83% des grandes entreprises et 75% des PME françaises ont des projets d'app stores pour leurs employés. En France, toujours, 43 % grandes entreprises estiment que les risques liés à la mobilité méritent les efforts investis. Enfin, 55 % des entreprises innovantes se chargent d’acheter des téléphones pour leurs employés contre 44 % des entreprises traditionnelles.


Symantec vient donc de dévoiler son étude « State of Mobility » sur l'état de la mobilité en 2013. L’enquête distingue deux types d'entreprises : les entreprises « innovantes » qui adoptent la mobilité, et les entreprises « traditionnelles » qui sont réticentes à sa mise en œuvre. Motivées par des facteurs de croissance, en France, 77 % des entreprises et 74 % des PME dites « innovantes » en matière d’adoption de solutions de mobilité bénéficient des facteurs de croissance liés à la mobilité, contre 84% dans le monde. Les entreprises traditionnelles déploient ce type de solutions plus lentement, principalement en réponse à la demande des utilisateurs. Leurs coûts sont moindres, mais les avantages d'un tel déploiement le sont également.

L'enquête du Ponemon avait pour but de faire le point sur les entreprises « innovantes » qui investissent dans la mobilité, ce que cela leur apporte et leur coute par rapport aux entreprises plus « traditionnelles » réticentes à cette mise en œuvre. Les résultats sont basés sur les réponses de 3 236 entreprises, employant de 5 à 5 000 personnes, réparties dans vingt-neuf pays. Les participants étaient tous des responsables informatiques. Elle permet de dresser l'état de la mobilité en 2013 et un constat : « tout vient à point à qui sait ne pas attendre » Innovation vs conservatisme. Tout en répondant aux questions suivantes : quelles sont les attitudes des sociétés mondiales et françaises, des grandes entreprises et des PME vis-à-vis de la mobilité ? Quels sont les bénéfices et la perception des risques associés ? Quelles politiques technologiques et d’achat en interne ?

« Aujourd'hui, la mobilité est l'une des principales problématiques auxquelles les départements informatiques sont confrontées », déclare Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité de Symantec en France. « Les entreprises qui déploient rapidement une stratégie de mobilité ont un comportement et des résultats très différents de celles qui sont réticentes à le faire. Les entreprises qui adoptent une approche proactive ont beaucoup plus d'avantages que celles qui reportent cette démarche jusqu'au moment de combler leur retard », ajoute-t-il.

Les deux groupes ont une perception différente des avantages et des risques liés à la mobilité et les entreprises françaises, quelle que soit leur taille, se montrent plus mitigées quant à ceux-ci. Dans le monde, parmi les entreprises qui innovent, 66 % déclarent que les avantages valent les risques encourus, tandis que 74 % des entreprises traditionnelles estiment que les risques n'en valent pas la peine. En France, seulement 43 % des grandes entreprises et 41 % pour les PME estiment que les risques liés à la mobilité méritent les efforts investis. Cela se reflète dans le taux d'adoption de la mobilité : les employés des grandes entreprises innovantes sont 50 % plus nombreux à utiliser un smartphone dans le cadre de leurs fonctions que ceux des entreprises traditionnelles, et 68% dans les PME. Plus de la moitié des entreprises innovantes (55 %) se chargent également d'acheter des téléphones pour leurs employés, contre 44 % des entreprises traditionnelles. Dans les grandes entreprises françaises, 57 % des téléphones des employés ont été achetés par l’entreprise, 46 % pour les PME.

Parmi les types de mobiles, le choix des entreprises innovantes, grandes, moyennes ou petites, se portent d’abord sur l’iPhone, puis sur des terminaux Android , alors que ceux-ci ont la préférence des entreprises innovantes dans le monde ; Blackberry et les Windows Phone arrivant respectivement en 3ème et 4ème position. L'implication des entreprises innovantes ne se limite pas à l'achat des téléphones. Ces entreprises s'appuient également plus souvent sur une politique de mobilité et sont deux fois plus susceptibles d'utiliser des technologies pour faire appliquer leur politique (60 % d'entre elles, contre 33 % des entreprises traditionnelles).

En France, seulement 44 % des grandes entreprises et 29 % des PME utilisent des solutions technologiques pour gérer et administrer leurs terminaux mobiles.
Ce taux de pénétration de la mobilité se reflète enfin par l’intérêt porté aux applications mobiles : les entreprises innovantes sont sans surprise plus enclin à développer des applications professionnelles sur mobiles. 83% des grandes entreprises et 75% des PME françaises ont des projets d’ « app stores » pour leurs employés.


Coûts et avantages
Les entreprises innovantes qui tirent parti de la mobilité voient également leurs coûts augmenter en conséquence. L’an dernier, elles ont été confrontées en moyenne à deux fois plus d'incidents liés aux terminaux mobiles, notamment des pertes de ceux-ci et de données, ce qui a entraîné des amendes et une perte de chiffre d'affaires.

En France, les grandes entreprises font figure de mauvais élèves pour ce qui est des incidents liés à la mobilité :
elles en rapportent deux fois plus que la moyenne mondiale des sociétés innovantes. En revanche, les PME se situent sous cette même moyenne. Ces incidents ont donné lieu à des pertes financières, de données et de productivité, ainsi que des coûts liés aux impératifs réglementaires.

En revanche, le déploiement d'une stratégie de mobilité leur apporte beaucoup plus de nombreux avantages, et ce, dans trois domaines clés : les gains de productivité, de rapidité et d'agilité, l'amélioration de la valeur de la marque, de la satisfaction des clients et de la compétitivité globale, et enfin des employés plus satisfaits, de meilleurs recrutements et un taux de fidélisation supérieur. Surtout, la croissance du chiffre d'affaires des entreprises innovantes est presque 50 % supérieure à celle des entreprises traditionnelles.


Mise en œuvre d'une stratégie de mobilité efficace
Les résultats de l'enquête montrent que la mise en œuvre d'une stratégie de mobilité a des répercussions positives sur l'entreprise lorsqu'elle est bien préparée. Les recommandations suivantes, estime Symantec, aideront les entreprises à tirer le meilleur parti de leur déploiement mobile tout en réduisant les risques :
- En ce qui concerne la mobilité, il convient d'être prudent, mais pas réticent. Commencez par envisager une stratégie de mobilité. Les entreprises doivent adopter une approche proactive de la mobilité et planifier soigneusement une stratégie de mise en œuvre efficace.
- Commencez par les applications les plus bénéfiques pour les employés en termes de productivité. Il est judicieux de commencer par mettre en œuvre des applications mobiles qui auront un impact immédiat sur l'entreprise.
- Inspirez-vous des entreprises innovantes : bénéficiez des avantages de la mobilité tout en réduisant les risques. Il est indispensable de connaître les risques liés à la mobilité, tels que la perte d'informations, et de suivre l'exemple des entreprises innovantes.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs