Big Data : un potentiel de 54 milliards d'euros de revenus additionnels

lundi 19 mai 2014

Le Big Data représenterait, selon une étude IDC/Microsoft, une extraordinaire opportunité pour les entreprises françaises et pourrait devenir à la fois une source de revenus additionnels et un avantage compétitif décisif. 

Le potentiel du Big Data est, en effet, estimé à 54 milliards de dollars en création de valeur additionnelle sur les quatre années à venir. Soit 56% de dividendes supplémentaires issus des données ou l’équivalent de 0,6 points de PIB pour l’économie française ! Rien moins que cela.

Il est vrai que les technologies s’imposent dans notre quotidien et avec elles, de nouveaux équipements et services Cloud naissent pour répondre à nos attentes. Automobiles, éclairages, systèmes de chauffage et de climatisation, accessoires, etc. Presque toutes les interactions entre hommes, hommes et
machines et entre machines se digitalisent et participent activement à la création continue de données numériques.

"La donnée représente déjà un actif stratégique de l’entreprise mais l’évolution technologique et méthodologique à laquelle nous assistons ouvre d’incroyables perspectives en matière de traitement et de valorisation de l’information, confirme Sébastien Lamour, Senior Research & Consulting Manager chez IDC France. En effet, l’analyse de cas concrets nous montre que les organisations décidées à investir, pourraient améliorer de 56% les bénéfices générés à partir de leurs données. Cette manne financière, qui est estimée à 54 milliards d’euros sur les quatre prochaines années en France, représente 0.6 point de PIB ! Mais pour ce faire, les décideurs doivent développer et promouvoir une véritable culture de la donnée. Engranger ces bénéfices passera notamment par l’intégration de sources d’informations multiples, une diffusion élargie de la connaissance acquise et l’adoption de nouveaux outils et méthodologies analytiques. La valorisation de la donnée se révèle aujourd’hui un facteur clé de compétitivité dont les entreprises françaises doivent s’emparer dès à présent !". 

Les revenus additionnels issus d'une meilleure exploitation des données pourraient donc concerner plusieurs processus de l'entreprise (processus orientés clients, processus opérationnels, innovations, produits et services, fonctions centrales et support) et améliorer leur compétitivité à plusieurs niveaux (réduction des coûts, amélioration de la productivité, augmentation du chiffre d'affaires).

L'industrie, la finance et les télécom étant les premiers secteurs d'activité à récolter les fruits d'une meilleure exploitation de leurs données. 

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs