Le marché de l’externalisation d’infrastructures informatiques plie, mais ne rompt pas

jeudi 10 juillet 2014

Le marché de l’hébergement de contenus internet et de gestion de data centers tourne au ralenti. « Alors que l’activité des acteurs augmentait à un rythme de 30% en 2007, la hausse a été divisée par trois en 2013, note Flavien Vottero, auteur d'une étude* sur le sujet chez Xerfi. Une décélération qui s’explique par une pression croissante des clients sur les prix des prestations et une intensification de la concurrence entre les acteurs ces dernières années. Cette tendance persistera. Les experts de Xerfi pronostiquent ainsi une hausse du chiffre d’affaires d’environ 9% par an en valeur entre 2014 et 2016. Mais à l’heure de la révolution numérique, les acteurs positionnés sur le segment profiteront de nouvelles opportunités. »


Un marché à fort potentiel…

Les centres de données deviennent en effet de véritables usines stratégiques pour l’avenir. Et les entreprises sont de plus en plus incitées à externaliser leur infrastructure informatique. L’explosion de la production de contenus numériques et la multiplication des périphériques mobiles connectés, l’essor du big data ou encore la hausse des coûts nécessaires pour mettre en place en interne un data center sécurisé, administré et à jour du point de vue technologique, sont de puissants moteurs pour la profession.

De plus, les mesures réglementaires (Bâle II et la loi Mer) qui poussent les entreprises à sécuriser l’information dynamisent l’activité des hébergeurs web et des gestionnaires de centres de données. Ceux-ci bénéficient enfin d’un relais de croissance important auprès des TPE/PME, qui cherchent à assurer un hébergement de leurs données numériques à proximité.


…qui attise bien des convoitises

Dans ces conditions, la concurrence s’est intensifiée sur le marché. « Les opérateurs télécommunications tentent en effet de se déployer sur d’autres niveaux de la filière IT. C’est le cas de TDF, qui reconverti après l’arrêt de la télévision analogique, a transformé ainsi ses anciens sites en data centers et s’appuie sur son réseau de fibre optique pour proposer des prestations d’hébergement à plus forte valeur ajoutée », poursuit Flavien Vottero.

En outre, de nouveaux acteurs de poids comme Amazon, Google ou Microsoft ont profité du développement des offres d’externalisation de l’infrastructure informatique en mode cloud computing pour venir concurrencer les acteurs historiques du marché de l’hébergement. A ce titre, l’hébergeur américain Rackspace Hosting, qui s’était diversifié dans le cloud computing, a annoncé en mai 2014 avoir mandaté la banque Morgan Stanley pour étudier différentes options stratégiques. Le groupe a en effet subi de plein fouet les offensives d’Amazon Web Services (AWS).


La « guerre des prix » pèse sur les marges

Sur le marché de l’externalisation des infrastructures informatiques, les acteurs et plus particulièrement ceux positionnés sur le segment du cloud computing se livrent aujourd’hui à une véritable «guerre des prix». Il faut donc bien réaliser que l’hébergement de contenus numériques est presque devenu une simple commodité. Autrement dit, le prix est devenu le principal facteur de différenciation. En conséquence, les opérateurs sont entrés dans une spirale déflationniste.

Une tendance qui se confirme dans les chiffres présentés de notre étude : les prix des activités d’hébergement et de traitement des données informatiques en France n’ont pas cessé de diminuer depuis 2007. Selon les estimations des spécialistes de Xerfi, le taux d’excédent net d’exploitation d’un panel représentatif d’hébergeurs s’est établi à 2,0% du chiffre d’affaires en 2013, en baisse de près de 3 points sur un an. Et la spirale déflationniste va s’accentuer à l’horizon 2016, avec un impact négatif sur les prestations, leur qualité, et une dilution de la marque et la réputation.


Les pure players enrichissent leur offre de services

Pour se différencier, les spécialistes développent des services à forte valeur ajoutée. Le métier évolue donc vers encore plus d’implication de l’hébergeur qui devient quasiment un spécialiste de l’infogérance. « Les acteurs misent aussi sur la disponibilité et la sécurité des données. Suite à l’affaire Prism, la «prime à la nationalité» dynamisera l’activité des spécialistes implantés en France» résume Flavien Vottero. Enfin, les opérateurs cherchent à élargir leur savoir-faire pour mieux suivre la demande de leurs clients et les évolutions technologiques de la filière IT. Pour cela, ils multiplient les partenariats, à l’image d’OVH qui se diversifie actuellement dans le cloud computing en s’alliant notamment à Microsoft et VMWare, spécialiste de la virtualisation.


* Les hébergeurs de contenus internet et les gestionnaires de data centers - Cloud computing, big data et pressions sur les prix : quelles perspectives et opportunités à l’horizon 2016 ? www.Xerfi.fr

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs