Quand les entreprises françaises prendront-elles au sérieux le problème de la sécurité informatique ?

lundi 11 août 2014

Chaque jour dans le monde, de nombreuses entreprises sont victimes de phishing. D'après un récent rapport Mcafee sur la cybercriminalité, ces attaques coûteraient quelques 445 milliards de dollars (327 milliards d’euros) à l’échelle mondiale et aurait même une incidence sur 150 000 emplois au sein de l’Union Européenne.

Et les entreprises françaises ne sont pas plus épargnées que les autres, comme le prouve l'attaque subie par un spécialiste hexagonal dans le secteur de l’industrie.

Tout a commencé par un mailing massif (corps de mail et pièce jointe) envoyé à l’ensemble des collaborateurs de l'entreprise. Voyant que leurs collègues étaient dans la boucle, certains destinataires ont donc ouvert la pièce jointe, laissant le malware s’installer sur leur PC et le transformer en porte d’entrée au réseau de l’entreprise.

Les pirates informatiques misent à chaque fois sur la crédulité des collaborateurs et parviennent ainsi à bénéficier d’un accès à une majorité des données personnelles et confidentielles de l’entreprise ciblée. Orange a d'ailleurs été victime deux fois en trois mois de ce type de piratage, qui a touché 1,3 millions de ses abonnés.

Sauf que pour les entreprises, le vol de données peut avoir des conséquences très fâcheuses. En jeu ? La confiance que leur accordent les clients et les partenaires. "Il existe deux grandes raisons de la négligence des entreprises face à ce problème, explique David Grout, Directeur Europe du Sud de McAfee. D’une part, les mises à jour des systèmes et applications en interne ne représentent pas une priorité dans les dépenses de l’entreprise et leur retard constitue une faille potentiellement exploitable par les hackers. D’autre part, la défaillance humaine. En effet, l’utilisateur est souvent le maillon faible de la chaine, peu méfiant des éléments reçus d’un expéditeur inconnu".

Même si le problème est connu, seules 45 % des entreprises mettent en place une stratégie de gestion des risques pour l’information et contrôlent son efficacité. Preuve que la sécurité informatique n'est pas assez prise au sérieux. Et pourtant, ces attaques coûtent à la France plus de 3 milliards d’euros, soit 1.1 % du PIB.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs