PHP : le secteur est toujours porteur

lundi 27 octobre 2014

L'an prochain, le langage PHP fêtera ses 20 ans. Á peu près aussi âgé que l’Internet, c'est lui qui propulse aujourd'hui le web, avec plus de 80% de part de marché et une croissance constante. Á l'image de sa mascotte (un éléphant), PHP est désormais incontournable pour ceux qui veulent travailler dans le web. Le Cabinet de recrutement spécialisé Agence-E en collaboration avec l'AFUP (Association Française des Utilisateurs PHP) dressent le bilan de la profession.

Du côté des salaires, trois régions arrivent en tête : PACA avec 35 000 euros brut annuel, suivie de la région Rhône-Alpes (33 000 euros brut annuel) et du Nord Pas-de-Calais (32 000 euros brut). « Nous notons une évolution régulière des rémunérations au fur et à mesure de la prise d’expérience quelque soit la localisation géographique des répondants, indique Agence-E. Les salaires déclarés par notre panel nous indiquent pour l’Île-de-France une première expérience généralement rémunérée autour de 31 000 € brut annuel, suivie d’une forte augmentation pour les profils confirmés (2 à 5 ans d’expérience) puis un gain d’environ 6K€ tous les 5 ans ». Les rétributions sont moins importantes en province. Une première expérience est, en effet, valorisée à 28 000 € brut annuel avec une évolution de 4 000 € tous les 5 ans. Le différentiel de rémunération entre l’Ile-de-France et la province augmente proportionnellement à l’expérience.

Du côté des fonctions, les développeurs sont incontestablement les plus nombreux (53%), suivis des lead développeurs (18%) et des chefs de projets (7%). Ils travaillent à 38% avec PHP 5.4, la version la plus utilisée, suivie de PHP 5.3 (29%) et de PHP 5.5 (25%).

En terme d'expérience, 37% des professionnels du secteur affichent entre 5 et 10 ans d'expérience et 35% entre 2 et 5 ans. 29% sont par ailleurs titulaires d'une licence ou équivalent, 27% ont un niveau Master 2 ou équivalent et 23% détiennent un BTS, un DUT, un DEUST ou équivalent.

Cette année, les jeunes diplômés d’Ile-de-France en quête des rémunérations attractives devraient s’orienter vers le secteur de l’édition de logiciel. La rémunération médiane dépasse les 40 000 euros brut par an. L'étude montre d'ailleurs des variations assez importantes des médianes en fonction du secteur d’activité de l’entreprise. Les clients finaux semblant toutefois êtres les moins généreux.

Les secteurs d’activité qui payent le plus ne sont pas forcement les mêmes en Ile-de-France et en province. L’un des exemples les plus marquant étant celui des Start-Up. Les jeunes pousses franciliennes figurent, en effet, dans le top 3 des meilleures rémunérations alors qu’elles ne se situent qu’en dernière position en province.

Les indépendants restent ceux qui gagnent le plus, surtout après 5 ans d’expérience. Concernant l’emploi salarié, Agence-E constate d’une année sur l’autre un niveau inférieur des rémunérations dans les très petites entreprises ( moins de 10 salariés ) jusqu’à 10 ans d’expérience. Le rattrapage des rémunérations dans ces mêmes entreprises après 10 ans d’expérience semble correspondre à la rémunération donnée au responsable technique de l’entreprise, sur qui reposent souvent l’expertise et la valeur ajoutée de la structure. 

Gagne-t-on davantage quand on se spécialise ? En début de carrière, les écarts de rémunération entre les différentes spécialisations sont largement négligeables. Mais au cours de la prise d’expérience, et plus la spécialisation est poussée, l’étude confirme un écart grandissant en faveur des utilisateurs du Framework Symfony et des autres frameworks et CMS du marché. Rappelons qu'un consultant ayant plus de 10 ans d’expérience déclarait l’année dernière une rémunération médiane de 41 000 € brut /an contre près de 60 000 € cette année. A contrario, la rémunération déclarée par les consultants exerçant sur le Zend Framework est restée stable.

Le plus étonnant c'est que la formation ne semble pas avoir de véritable impact sur le niveau de salaire. 71% des sondés répondent en tout cas par la négative. Ils ne sont d'ailleurs que 29% cette année à avoir suivi une formation et pour un quart seulement celle-ci a eu un impact sur le salaire. Cette montée en compétence ne rend donc pas forcément plus riche, mais incontestablement plus performant. Car, au final, c'est la technicité des projets sur lesquels ils travaillent qui motive le plus les professionnels du secteur (42%), loin devant la rémunération (8%).

Article modifié le 17 novembre 2014.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs