Que la sécurité du cloud soit avec vous : les conseils pour se protéger du côté obscur

lundi 21 décembre 2015

loiseletPar Dominique Loiselet, Directeur Général de Blue Coat France

Pour les entreprises, le cloud représente la puissance, la flexibilité, l’évolutivité et le contrôle. Cette énorme puissance de calcul est le fruit d'une infrastructure informatique interconnectée et mondiale. Elle englobe aussi bien les entreprises et que les individus, et leur donne plus de liberté. C’est un facteur de cohésion pour l’économie mondiale. De la même façon, la Force donne au Jedi sa puissance et lui permet d’accomplir de véritables exploits et de renforcer ses capacités. Il s’agit d'un champ d’énergie créé par tous les êtres vivants. Elle nous enveloppe et unit la galaxie tout entière.

Bien que la Force puisse être utilisée pour faire le bien, elle possède un côté obscur qui imprègne son utilisateur de malveillance et d’agressivité. On peut dire la même chose du cloud, qui offre de nombreux avantages, mais doit être sécurisé afin que sa puissance soit correctement utilisée. Quels sont les certifications et protocoles de sécurité des services cloud ? Où sont stockées les données des entreprises ? Comment sont-elles protégées ? Qui peut y accéder ? Combien de temps le fournisseur de service cloud conserve-t-il des copies des données ?

Voici trois méthodes proposées par Blue Coat afin de se protéger du côté obscur :

La Force du mal : lorsqu’un ver, virus ou botnet communique avec son centre de commande et de contrôle afin d’envoyer des données dérobées à un ordinateur « maître », les criminels brouillent les communications. Les logiciels malveillants utilisent également le chiffrement afin de masquer les informations qu'ils transmettent à des serveurs cloud par le biais du réseau, y compris des mots de passe ou des données sensibles telles que des coordonnées bancaires volées. En effet, selon CGI Security1, il est plus facile de lancer une attaque contre une organisation par le biais d’applications chiffrant leurs communications. Ainsi, une tentative de phishing peut passer inaperçue, car le système de prévention des intrusions en place est incapable d’examiner le trafic SSL et d’identifier le malware, et parce que les pare-feu de l’entreprise n’alertent personne de la nécessiter de bloquer ces paquets. Les malwares tels que Zeus sont célèbres en raison de leur utilisation du chiffrement ainsi que d’autres astuces afin de rendre leurs communications avec leurs centres de commande et de contrôle (C&C) indétectables des équipements de sécurité.

Que faire : s’assurer de disposer d’une visibilité sur le trafic cloud chiffré par SSL. Il faut pour cela utiliser des outils dédiés mettant en œuvre des portails sécurisés et d’autres systèmes avancés de protection des réseaux en périphérie afin d’inspecter le trafic une fois celui-ci déchiffré.

La Force du mal : les criminels cherchent des failles en périphérie du cloud, comme des interfaces et des API non sécurisées. En effet, les administrateurs informatiques utilisent des interfaces pour le provisionnement, la gestion, l’orchestration et la supervision du cloud. En outre, les API sont essentielles à la sécurité et à la disponibilité des services cloud génériques. Des rapports publiés par la Cloud Security Alliance2 révèlent que plus des organisations et des tiers s’appuient sur ces interfaces pour créer des services supplémentaires, plus la complexité augmente, car les organisations peuvent être contraintes de soumettre leurs identifiants à des tiers afin de pouvoir utiliser leurs systèmes cloud. Cette complexité peut ouvrir des boulevards permettant le piratage de ces identifiants qui sont alors susceptibles d’être utilisés pour accéder à des données au sein de systèmes cloud

Que faire : chiffrer ou « tokeniser » les données avant qu’elles n’atteignent les systèmes cloud. Ainsi, si le côté obscur parvenait à infiltrer ces derniers, il n’y trouverait que des valeurs de remplacement inexploitables

La Force du mal : le côté obscur peut parfois pousser les utilisateurs à oublier les règles d’entreprise indiquant que les données réglementées et sensibles (comme celles de santé ou relatives à des cartes de paiement) ne peuvent pas être stockées dans des environnements de cloud public, ou que certains utilisateurs ne peuvent pas accéder à des systèmes cloud sensibles depuis certains emplacements.

Que faire : contrôler le Shadow IT et le Shadow Data (informatique fantôme). Déterminer quels services cloud sont utilisés, leurs risques relatifs, et quels types de données y sont envoyées. En partant de ces informations, utiliser des technologies telles que des courtiers d'accès sécurisé au cloud afin de superviser le comportement des utilisateurs et de repérer la moindre activité anormale. Prendre également des mesures en amont, telles que le chiffrement des données sensibles, afin d’assurer une utilisation sécurisée du cloud et de garantir longue vie et prospérité à votre entreprise (oups, ça c’est le slogan d’une autre franchise cinématographique).

Quelques mesures spécifiques :

Restreindre l’accès des employés à la variété de nouvelles applications cloud qui sont apparues au cours des 5 dernières années.  Tirer parti des flux d’informations sur le cloud : celles-ci peuvent permettre à votre organisation de comprendre les risques relatifs liés à l'utilisation de certaines applications cloud.
Définir des politiques afin d’empêcher certains types de données de quitter votre organisation grâce à des solutions de prévention contre la perte de données (DLP). Celles-ci effectuent des analyses en continu à la recherche de données de patientes, de cartes de crédit et des numéros de sécurité sociale.
Inspecter le contenu issu des applications cloud et allant vers l’entreprise ; effectuez des analyses de contenu approfondies afin d’empêcher les malwares et autres menaces complexes de pénétrer vos organisations.
Les entreprises peuvent et doivent bien connaître les menaces (internes comme externes) pesant sur leurs infrastructures et données cloud. Elles doivent également se servir des conseils susmentionnés comme d’un guide afin de faire face à ces menaces en adoptant les approches et technologies de sécurité informatique les plus efficaces qui soient. Seule une gestion proactive et sage des risques du cloud permettra de profiter de sa puissance sur les plans organisationnel et technologique.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs