Recrutement : les tendances 2016 dans les métiers du digital

dimanche 28 février 2016

Emploi-e-commerce, le site emploi des métiers du digital, a recueilli les témoignages de plus de 100 recruteurs dans le domaine du Digital afin de dresser un tableau de tendances en matière de recrutement pour l’année 2016.

Il en ressort que chaque entreprise utilise des moyens de recrutement différents pour recruter. Ainsi, les sites d’emploi gratuits sont utilisés par 69% des recruteurs interrogés, suivi des cabinets de chasse (51%) et les sites emploi spécialisés payants (43%). Les sites carrières des écoles et universités, ainsi que LinkedIn arrivent juste derrière (43%). Les leviers un peu moins utilisés par les recruteurs sont les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et la cooptation (40%), ainsi que les sites emploi généralistes payants (32%).

En terme d'efficacité réelle, le classement diffère quelque peu, puisque ce sont les cabinets de recrutement/chasse qui arrivent en pole position. Ils permettent, en effet, de dénicher la perle rare et de cibler le recrutement sur un type de profil précis. En seconde position, viennent les sites emploi spécialisés payants qui ont l’avantage d’investir des moyens dans le recrutement en ligne de profils qualifiés et ciblés. La cooptation permet, normalement, de s’assurer une certaine qualité de profils puisque les candidats seront recommandés par des personnes que l’on connait déjà, à qui l’on fait confiance. Viennent ensuite les sites emploi gratuits qui, comme leur nom l’indique, ne sont pas payants pour l’entreprise, et ramènent naturellement des candidatures. Attention toutefois à la qualité de ces dernières. Enfin les écoles ou universités représentent toujours de bons viviers de jeunes diplômés dynamiques et prêts à se lancer dans le monde du travail !

Entre le moment où nait la décision de recruter et le moment ou le contrat d’embauche est signé, il se passe en moyenne 1 mois (34% des recruteurs), parfois même 2 mois (24%). Plus rarement, certaines entreprises arrivent à réduire le processus à 3 semaines (10%), c’est souvent le cas des petites structures plus souples, mais cela peut-être aussi lié aux nombreuses candidatures rapidement reçues, comme c’est le cas pour une offre en Webmarketing ou en Business Développement, domaines qui attirent plus de candidatures que la moyenne (33 CVs reçus vs. 18 pour un poste en Web Développement). Les procédures de recrutement sont souvent plus longues lorsqu’il s’agit de postes très spécifiques comme en Développement Web ou les missions sont très précises et les profils plus rares à dénicher.

En général, un recruteur va faire passer 2 (47%) ou 3 entretiens (44%) à un candidat avant de s’engager sur la signature d’un contrat d’embauche. Il est très rare de ne faire passer qu’un seul entretien (7%), et encore plus rare d’en faire passer 4 ou plus (2%). L'entretien sert, en effet, aux deux parties : pour le candidat, il faut montrer au recruteur qu’il est apte à remplir les missions demandées dans l’offre de poste et qu’il saura s’adapter à la culture de l’entreprise. Pour le recruteur, il doit présenter sous son plus beau jour l’entreprise, ses valeurs, son mode de management etc. Ainsi, alors qu’un recruteur aura au moins besoin de deux entretiens pour bien appréhender la motivation d’un candidat, il ne faut pas faire peur à ce dernier avec un nombre d’étapes trop important à franchir. En revanche, un élément rassurant tant pour le recruteur que pour le candidat est la possibilité de faire passer un test pratique, au sein de l’entreprise ou à distance, afin de mesurer les capacités réelles du candidat. Le recruteur pourra y voir un peu plus clair que lors d’un entretien classique où le candidat peut toujours se cacher derrière de belles paroles. Et cela donnera une image sérieuse de l’ entreprise aux yeux du candidat.

Alors que 58% des recruteurs prévoient de créer des postes en 2016, l’augmentation des salaires est incertaine pour 48% des recruteurs et toujours pas d’actualité pour 26% d’autres. On peut imaginer qu’il y a besoin d’une main d’œuvre supplémentaire pour participer aux missions très remplies des équipes actuelles et que les investissements financiers vont prendre aussi cette voie. Au détriment des salaires des équipes déjà actives…

Le recrutement de Développeur Web et Mobile, sur un marché en pleine explosion (en termes d’offres et de salaires) est particulièrement complexe : les Développeurs sont en moyenne très bien payés (41 794€ par an), moins nombreux sur le marché du travail que les candidats en Marketing ou en Ventes, leur savoir-faire précis attire particulièrement les recruteurs, compte tenu des évolutions digitales et techniques auxquelles l’entreprise doit s’adapter. Ainsi, dans le cas des recrutements de ce type de profil, les recruteurs ont remonté, lors de leurs interviews, une tendance : ils sont plus enclins à utiliser des cabinets de chasse pour leur action de sourcing des candidats, ainsi que des sites emplois spécialisés afin de toucher leur cible plus facilement. 

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

ITCh sky droit

Rubriques

Thèmes

Secteurs