L'humain, le maillon faible de la sécurité des entreprises

mercredi 7 juin 2017

Proofpoint vient de publier les résultats de son rapport annuel « Le Facteur Humain 2017 », indiquant que les cybercriminels se reposent de plus en plus sur l’humain plutôt que sur les failles logicielles pour installer des programmes malveillants, dérober des informations confidentielles et transférer des fonds.

« Cette tendance d’exploitation du facteur humain, qui a vu le jour en 2015, s'accélère, et les cybercriminels multiplient désormais les attaques générées par les clics des utilisateurs plutôt que par des logiciels d'exploitation vulnérables, conduisant ainsi les victimes à exécuter elles-mêmes les attaques, indique Kevin Epstein, Vice-Président du centre d'opération des menaces de Proofpoint. Il est essentiel que les entreprises mettent en place une protection avancée pour arrêter les cybercriminels avant qu'ils puissent atteindre leurs potentielles victimes. La détection anticipée des contenus malveillants dans la chaîne d'attaques permettra de les bloquer, de les canaliser et de les supprimer plus facilement. »

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

SQ 250-300

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs