L’avenir du marché de la sécurité est assuré

samedi 11 novembre 2017

Les acteurs du marché de la sécurité sont confiants. D’après les prévisions de Xerfi Precepta, le chiffre d’affaires du secteur devrait croître de 4,5% par an en moyenne d’ici 2020. Cela n’a rien d’étonnant dans la mesure où il avait déjà progressé de plus de 37% depuis 2010. Outre un contexte national, marqué par des attentats en 2015 et 2016 et donc une forte hausse de la demande de sécurisation, l’arrivée des objets connectés est en passe de bouleverser la profession. Tant et si bien que le segment de la sécurité connectée devrait croître de 12% par an entre 2018 et 2020, à comparer à un recul de 2% annuels sur la période pour le segment mature de la sécurité aéroportuaire. Dans ce contexte de croissance rapide pour le marché mais contrastée selon les segments, la robotisation et le transfert de compétences du public au privé apparaissent comme les piliers de la refondation du marché de la sécurité en France. Flavien Vottero, auteur de l'étude que Xerfi vient de publier sous le titre « Le marché de la sécurité en France - sécurité privée, télésurveillance, formation et conseil : quelles perspectives pour le marché et le jeu concurrentiel à l’horizon 2020 ? » nous livre son analyse.

Le bouleversement technologique actuel ouvre une nouvelle ère, comme l’illustre la robotisation qui gagne du terrain. L’entreprise française EOS Innovation a conclu un partenariat avec Derichebourg en avril 2016 pour l’Evigilante, son robot de surveillance des entrepôts. De leur côté, les objets connectés révolutionnent les usages dans le secteur et leur utilisation dans la sécurité du domicile représente un marché d’environ 370 millions d’euros. Somfy propose ainsi un modèle évolutif par abonnement, avec une large palette d’offres (de l’accès à un jour d’historique des vidéos jusqu’à des services d’intervention et de surveillance) associées à ses caméras.

Celui-ci repose également sur l’exploitation du Big Data. La collecte de données via des capteurs permettra aux entreprises de renforcer leurs prestations d’audit et de conseil en gestion des risques, une activité plus rémunératrice que la surveillance en tant que telle. Grâce aux nouvelles technologies, les opérateurs peuvent donc proposer des offres différenciées et ainsi se démarquer de la concurrence. A condition de se positionner sur ces nouveaux segments.

Les acteurs historiques doivent prendrent garde car des nouveaux entrants se tiennent en embuscade. Les spécialistes des systèmes électroniques devraient ainsi s’accaparer une part croissante du marché de la sécurité. Pour cela, les fabricants de netcams et d’alarmes utilisent de nouveaux canaux de distribution comme les grandes surfaces de bricolage (Castorama, Mr Bricolage) ou les distributeurs de biens technologiques (Fnac, Darty, etc.), voire internet. De leur côté, les plateformes d’intermédiation comme Guardio ou Guett Guard tentent tant bien que mal de pénétrer le marché. Mais ce dernier est encore imperméable à leurs attaques, compte tenu d’une règlementation défavorable (obligation d’être certifié et formé pour exercer des missions d’agents) et du niveau considérable des investissements nécessaires.

D’autres types de compétiteurs sont également sur les rangs. Des spécialistes du facility management, forts de compétences en ressources humaines et champions de l’optimisation des coûts, mettent aujourd’hui leur savoir-faire, comme par exemple la maîtrise du taux de facturation (soit l’ajustement permanent des effectifs affectés à une mission facturée à un client), pour proposer des prestations au meilleur prix. Les banques et les assurances sont elles aussi intéressées. Et pour cause : si la sécurité n’est qu’une activité annexe pour elles, elles disposent déjà d’un réseau de distribution dense. L’assureur Covea s’est ainsi allié à Verisure en juin 2017 pour proposer de nouveaux services à ses assurés.

La menace terroriste comme moteur du secteur ?

Si ce secteur attise de telles convoitises, c’est que le terrorisme, dont la menace plane sur l’Hexagone depuis 2015, et la croissance du nombre de cambriolages de plus de 20% de 2010 à 2016 ont renforcé la demande de sécurisation. Surtout que le cadre règlementaire s’est adapté aussi. Sur le plan de la formation, les agents sont désormais obligés de suivre un stage de remise à niveau d’un an, faute d’avoir renouvelé leur carte professionnelle dans les 5 ans. Cela a bien sûr favorisé l’émergence d’un véritable segment de la formation à la sécurité, qui devrait croître de 10% par an jusqu’en 2020, selon les prévisions des experts de Xerfi Precepta.

Les sociétés de sécurité privée pourront également compter sur l’armement de certaines catégories d’agents, autorisé par la loi du 28 février 2017, pour augmenter leurs prix et donc leur chiffre d’affaires. Sans oublier la vidéosurveillance publique, étendue aux transports depuis la loi Savary de 2016.

La sphère publique veut en effet co-construire la politique de sécurité avec le secteur privé. Après le transfert de missions régaliennes à la sphère marchande ces dernières années, les sociétés de sécurité privée veulent aller plus loin en mettant en place des partenariats public/privé approfondis, à l’image des pays anglosaxons.

Le recours aux sociétés de sécurité pour épauler l’organisation de grands évènements est ainsi devenue monnaie courante. Le budget sécurité de l’Euro 2016 est même passé de 7 à 17 millions d’euros, notamment en lien avec le recrutement de 12 000 agents, dont 3 000 consacrés aux « fan zones ». Le transfert au privé des contrôles routiers réalisés par les voitures-radars a également été annoncé par le ministère de l’Intérieur en septembre 2017. De nombreuses collectivités territoriales ont pu investir dans des systèmes de vidéoprotection supplémentaires grâce à une hausse de 1 milliard d’euros des crédits de l’Etat au secteur communal. Toulouse est ainsi passée de 21 caméras de surveillance à 250 fin 2016 et projette la mise en place de 350 à l’automne 2017.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

SQ 250-300

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs