Cloud public, « les entreprises sont dans une vraie valse-hésitation »

mercredi 22 novembre 2017

L'enquête menée par Pure Storage auprès des responsables informatiques montre que les solutions numériques génèrent aujourd’hui près de la moitié des recettes des entreprises françaises (43 % en moyenne), que ce soit par le biais d’applications client ou de fonctionnalités back-office. Preuve que la transformation numérique porte déjà ses fruits. 

Pourtant, malgré le ROI promis, la complexité technique et les incertitudes planant sur la stratégie à adopter au niveau de l’infrastructure empêchent les entreprises de devenir pleinement numériques. Pour elles, de nombreuses interrogations subsistent sur l'endroit où placer des charges de travail précises. En moyenne, les entreprises font tourner 42% de leurs applications sur des infrastructures traditionnelles sur site, contre seulement 22% sur un cloud public et 23% sur un cloud privé.

Le cloud public devrait toutefois se développer dans les deux années à venir : 57% des sondés comptent l'utiliser davantage. Et ce, pour des raisons de disponibilité (50 %), de réduction des coûts (44 %) et de performance (44 %). La sécurité, en revanche, reste le principal inconvénient (32 %). Parallèlement à cela, les services de cloud privé (51%) et SaaS (43%) profitent d'un regain d’intérêt significatif. Ainsi, rien qu'en France, 66% des entreprises avouent avoir réduit leur usage du cloud public au cours des 12 derniers mois, pour des raisons de sécurité.

« Les technologies émergentes sont à l'origine d'une véritable transformation numérique, mais pour ce qui est du cloud public, les entreprises sont dans une vraie valse-hésitation, note Laurent Martini, Country Manager France de Pure Storage. Plutôt que de considérer le cloud et le stockage sur site comme des offres concurrentes, les entreprises devraient les voir comme des solutions complémentaires. Elles obtiendraient ainsi des infrastructures de stockage adaptables et évolutives, qui leur permettraient de tirer des données le meilleur parti possible ».

Notez enfin que côté infrastructures traditionnelles sur site, les intentions d’augmenter leur utilisation sont plus faibles (à 35%) et qu'actuellement, 43% des entreprises prévoient d'utiliser davantage le mode SaaS au cours des 18 à 24 prochains mois.



Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

SQ 250-300

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs