Démat' des factures : un ROI difficile à mesurer

lundi 27 novembre 2017

Selon le ministère français de l’Economie, une TPE/PME française sur sept subit des retards de paiements de la part de ses donneurs d’ordres. Selon Bercy, ces retards (qui sont tout de même à l’origine de 25% des faillites) pourraient être réduits de manière significative grâce notamment à la facture électronique. Qu’en disent les entreprises françaises ? Generix Group a enquêté.

Parmi les entreprises interrogées, 66% sont équipées d’une ou plusieurs solutions de dématérialisation fiscale des factures. 56% d’entre elles utilisent une solution depuis plus de quatre ans et 25% depuis plus de 8 ans. Trois motivations principales se dégagent : la volonté de satisfaire une exigence client (59%), la quête de productivité (51%) et le désir de réduire les coûts de production (48%). La réponse aux obligations règlementaires n’est citée que par 20% des professionnels interrogés.

Malgré ce taux d’adoption très élevé, le pourcentage du volume de factures dématérialisé reste faible. En effet, plus de 73 % des organisations ont encore plus de 50 % de leur volume de factures à dématérialiser. Et seules 7% des sociétés ont d’ores et déjà déployé 75 % de leurs factures. Le potentiel de déploiement reste donc conséquent.

Cette dématérialisation génère pourtant des bénéfices de différentes natures pour les entreprises :

« Selon notre étude, il apparait que les bénéfices en termes de réduction des coûts, de traçabilité ou de sécurisation des processus sont bien au rendez-vous : la traçabilité du processus, la sécurité des traitements ou l’accès en ligne aux données sont plébiscités dans plus de 50 % des cas comme ayant un impact fort ou très fort » indique Christophe Viry, Product marketing manager intégration et collaboration multi-entreprise chez Generix Group.

Sauf que trois complexités sont particulièrement pointées du doigt : Quant au ROI, il est, in fine, difficile à mesurer. "Comme souvent, lorsqu’il s’agit d’estimer le ROI, beaucoup d’entreprises n’y parviennent pas, ajoute Christophe Viry. Notamment car elles ne se sont pas dotées des indicateurs de comparaison adéquats". Ainsi, bien que 53% des entreprises interrogées observent des réductions de coûts, 68% des organisations déclarent ne pas être capables de mesurer les économies réalisées suite à la mise en place de leur solution de dématérialisation. Pour celles qui y parviennent, les estimations sont très variables, mais se situent principalement en dessous de deux euros par facture entrante. Concernant les factures sortantes, ces évaluations s’avèrent plus précises : une entreprise sur deux est capable d’en mesurer le rendement. Un rendement inférieur à 3€ par facture pour 35% des entreprises.

Enfin, parmi les entreprises ne possédant pas de solutions de dématérialisation, 75% envisagent d’en adopter une. Dont 43% dans les 22 prochains mois. Plus intéressant : celles qui sont déjà équipées sont nombreuses à envisager une poursuite du déploiement voire une montée en gamme.

Imprimer l'article  Transférer par mail  Commenter  Facebook Twitter

En continu

SQ 250-300

Tribunes

Les vidéos du moment

Par date de parution


Derniers commentaires

Rubriques

Thèmes

Secteurs